h1

RadioMentale « Una Dolce Notte », 2003, 17mn

février 11, 2009

Commande publique de la DAP et du Ministère de la Culture

Edité en CD sur la compilation Vibrö 2 : Vibrö : The Broken Tales Issue

Listen/Download.

Pièce/montage sonore réalisé à l’aide de voix et de musiques extraits de films, « Una Notte Dolce» peut s’écouter comme une ballade, une déambulation libre au cœur de l’œuvre de Federico Fellini et Nino Rota. L’idée est de jouer avec l’idée du souvenir tronqué, du passé révolu, de la mémoire instable et d’une certaine mélancolie, une sensation qui, chez Fellini, est souvent oubliée au profit du chaos ou d’une certaine truculence.

Plus qu’un simple collage de souvenirs, les éléments sonores s’enchaînent selon une logique narrative subjective, qui laisse l’auditeur libre de s’y projeter. Le montage, bien que basé sur une centaine de fragments, a été réalisé selon une logique d’une grande fluidité.

L’idée est enfin, avec cette pièce, de jouer sur divers niveaux de perception, entre évocation respectueuse de l’œuvre du cinéaste, volonté documentaire et critique, et interprétation personnelle de l’œuvre fellinienne.

Les fragments sont notamment extraits de « La Dolce Vita », « Roma », « La voix de la lune », « Satyricon », « Juliette des esprits » et le documentaire « Je suis un grand menteur ».

A sound edit made with voices and tunes excerpted from film soundtracks, ‘Una  Dolce Notte’ can be listened  to as a ballad, a free stroll at the heart of Federico Fellini‘s and  Nino Rota’s body of work. The idea is to play  with the concept of the truncated memory, the lost past, the unsettled reminiscence  and a kind of melancholy.

When dealing with Fellini’s work, this sensation is often overshadowed  by chaos or vividness, rather. More  than a simple collage of memories, the sonic elements interleave according  to a subjective narrative logic into which the listener can project himself. The editing process, although resting  on about a hundred fragments,  was built according to a logic of great fluidity.  With this piece, the bottom line is to interact at several levels of perception,  between a respectful praise to the  work of the filmmaker, a documenting and critical approach and a personal interpretation  of Fellini’s oeuvre.

The fragments are partly taken from ‘La Dolce Vita’, ‘Roma’, ‘La voce de la luna’, ‘Satyricon’, ‘Giulietta degli spiriti’ and the documentary ‘Federico Fellini, sono un gran bugiardo’ by Damian Pettigrew.


%d blogueurs aiment cette page :